Traduction vocale quasi instantanée

La traduction dite en temps réel, en réalité « quasi-en temps réel », réalisée par un logiciel spécialisé est un processus non encore opérationnel, nécessitant de maîtriser simultanément 3 grandes étapes devant être réalisées pour chaque groupe de mots prononcés en quelques dixièmes de secondes et avec une haute qualité.

En temps-réel (ou quasi-temps réel), le système doit aussi idéalement donner un état de la qualité supposée (c’est-à-dire calculée) de la traduction ; il se mesure par le taux d’erreur de mots (WER pour “word error rate” en anglais ; l’unité de mesure classique pour mesurer les performances d’un système de reconnaissance vocale).
En cas de doute, un mot peut être ajouté en surimpression vocale pour signifier à l’auditeur que plusieurs traductions sont possibles. Un signal sonore ou visuel peut donner une indication de probabilité de bonne traduction.

La traduction en temps réel a longtemps été considérée comme techniquement impossible étant donné les moyens informatiques et logiciels alors disponibles.

La traduction vocale quasi instantanée ou instantanée (éventuellement télépathique) a souvent été rêvée ou imaginée par les auteurs de science-fiction, parfois sous la forme d’un « traducteur universel » permettant à une langue étrangère, voire extraterrestre d’être traduite. Certains ont même imaginé des systèmes permettant de « communiquer » avec des animaux.

Le Babel Fish (ou Poisson Babel) est une espèce imaginaire de poisson inventé par l’auteur du Guide du voyageur galactique de Douglas Adams. Il permet, après se l’être enfoncé dans l’oreille, de comprendre n’importe quelle langue, et est à l’origine d’une guerre générale.