Tag Archives: Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

Peninsula, Ohio

Peninsula is a village in Summit County, Ohio, United States. The population was 565 at the 2010 census. It is part of the Akron Metropolitan Statistical Area.

It is located in the middle of the Cuyahoga Valley National Park, which provides a source of tourism to the village. Blossom Music Center is located on its outskirts. The Ohio and Erie Canal Towpath Trail runs through just west of downtown, and many bikers and hikers stop for refreshments as it is one of the only towns between Akron and Cleveland.

Peninsula is bordered on its east side by Boston Heights. It is a part of Boston Township.

Over 20 places in Peninsula are listed on the National Register of Historic Places.

Settled in 1818, Peninsula, on the Cuyahoga River halfway between Cleveland and Akron, is a well-preserved mid-19th-century town, that grew and prospered with the establishment of the Ohio and Erie Canal and the Valley Railroad. The village was plotted in 1837 by Herman Bronson. Peninsula was a bustling canal boat stop—home to several mills, stone quarries and boat yards, five hotels and 14 bars until 1887. The Gothic Revival Bronson Memorial Church, originally constructed in 1835 as the Bethel Church, according to William Perrin’s History of Summit County (1881) was an attempt to “introduce moral and religious tactics among the vicious and unlawful practices of the canal boatmen.” In 1889 the church was remodeled in the Gothic Revival style. The historic district extends along Main Street and contains many fine examples of early 19th-century architecture. The dominant Greek Revival style reflects popular architectural tastes at the time the area was settled by New Englanders. A notable high style example of the village’s Greek Revival architecture is the 1824 Bronson House, built of locally quarried sandstone blocks. Several canal-era houses are typical of the popular Western Reserve New England building type called the Upright-and-Wing, particularly suitable for the early 19th-century Ohio frontier. The main gable-front two-story section contained a parlor and bedchambers, while the kitchen was located in a perpendicular one-story eave oriented section. Other architectural styles include Gothic Revival, Italianate, Queen Anne, Stick and Colonial Revival. The 1886 Stick style Boston Township Hall originally functioned as the village high school. The three-story hip roofed building contains a pyramidal roof tower with an open belfry. The Township Hall is now the Cuyahoga Valley Historical Museum.

Peninsula is located at (41.240755, -81.556363).

According to the United States Census Bureau, the village has a total area of 4.68 square miles (12.12 km2), of which 4.67 square miles (12.10 km2) is land and 0.01 square miles (0.03 km2) is water.

Boston Mills/Brandywine Ski Resort just north of Peninsula is one of the few skiing locations in Ohio.

As of the census of 2010, there were 565 people, 237 households, and 164 families residing in the village. The population density was 121.0 inhabitants per square mile (46.7/km2). There were 261 housing units at an average density of 55.9 per square mile (21.6/km2). The racial makeup of the village was 98.4% White, 0.4% African American, 0.4% Asian, and 0.9% from two or more races. Hispanic or Latino of any race were 0.4% of the population.

There were 237 households of which 26.2% had children under the age of 18 living with them, 55.3% were married couples living together, 11.0% had a female householder with no husband present, 3.0% had a male householder with no wife present, and 30.8% were non-families. 25.3% of all households were made up of individuals and 6.7% had someone living alone who was 65 years of age or older. The average household size was 2.38 and the average family size was 2.84.

The median age in the village was 47.3 years. 20.5% of residents were under the age of 18; 5.7% were between the ages of 18 and 24; 19.4% were from 25 to 44; 40.9% were from 45 to 64; and 13.5% were 65 years of age or older. The gender makeup of the village was 49.4% male and 50.6% female.

As of the census of 2000, there were 602 people, 240 households, and 160 families residing in the village. The population density was 128.8 people per square mile (49.8/km²). There were 254 housing units at an average density of 54.3 per square mile (21.0/km²). The racial makeup of the village was 97.84% White, 0.66% African American, 0.33% Asian, 0.17% from other races, and 1.00% from two or more races. Hispanic or Latino of any race were 0.17% of the population.

There were 240 households out of which 25.0% had children under the age of 18 living with them, 56.3% were married couples living together, 8.3% had a female householder with no husband present, and 33.3% were non-families

United States Home DISKERUD 10 Jerseys

United States Home DISKERUD 10 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. 25.0% of all households were made up of individuals and 7.5% had someone living alone who was 65 years of age or older. The average household size was 2.40 and the average family size was 2

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.91.

In the village, the population was spread out with 20.9% under the age of 18, 4.5% from 18 to 24, 29.1% from 25 to 44, 30.7% from 45 to 64, and 14.8% who were 65 years of age or older. The median age was 43 years. For every 100 females there were 98.7 males. For every 100 females age 18 and over, there were 93.5 males.

The median income for a household in the village was $64,205, and the median income for a family was $73,125. Males had a median income of $48,125 versus $27,188 for females. The per capita income for the village was $29,031. None of the families and 1.2% of the population were living below the poverty line, including no under eighteens and 2.2% of those over 64.

Public schooling is provided by the Woodridge Local School District. However the new development Hidden Lakes located in Peninsula are registered by the Hudson City School District (Ohio).

The Woodridge Local Schools offer a wide variety of athletic programs. The school’s official mascot is a Bulldog.

Peperga

Peperga (West Frisian: Pepergea) is a small village in Weststellingwerf in the province Friesland of the Netherlands. As of 2012, it has a population of 87 people. Peperga is located on the A32 between Wolvega and Steenwijk, and is characterized by detached houses, several businesses and a church. There are approximately 35 houses. Public transportation offers a service to the nearby villages of Steggerda and De Blesse. The church, formerly dedicated to Saint Nicholas, is now named after the famous native Peter Stuyvesant (c. 1612&nbsp sweater defuzzer;– August 1672), and was completed in 1810.

The village originates in the Middle Ages and is listed as a parish in 1328 best insulated water bottle stainless steel; mention of it occurs in the seventeenth-century copy of a 1399 document as Pepergae (Pepergo is also found, in 1408 and 1510)—peper is a Frisian term for the boggy type of wetland on which the village was built. Peperga and nearby Blesdijke were burned by troops of Frederick of Blankenheim during war in 1413 at the time of the short-lived independence of the Stellingwerf area (comprising Weststellingwerf and Ooststellingwerf). The land was so wet that before 1660 the entire village, including the church, was moved one kilometer to a dryer area. It is found in the 1716 atlas by Bernardus Schotanus à Sterringa as a linear village with buildings exclusively on the north side of the road, except for a church on the south side

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, in the middle of the area. An 1850 atlas by Wopke Eekhoff shows that the village’s meadows were dug up completely for peat. A provincial road in 1828 between Leeuwarden and Zwolle was the impetus for the formation of a new village west of Peperga, De Blesse. De Blesse, like nearby Blesdijke, derives its name from the little river Blesse, which separates Blesdijke from Peperga.

In 1865, the construction of a railway between Zwolle and Leeuwarden split the town in two: it separated Peperga from its west side, an area subsequently added to De Blesse. This division was boosted in the late eighties with the construction of a highway on the east side of the track. Peperga had its own railway station which opened in 1870 (with an adjoining cafe) as an expansion of an earlier home for railroad watchmen and closed on January 5, 1941. In the early seventies, the station was demolished.[citation needed] The nearby bridge over the river Linde is on the list of national state monuments as a Rijksmonument goalkeeper uk.[citation needed] There are several businesses in the village, including the Café De Landerije along the main road.[citation needed]

A medieval church had its “elegant” late-medieval tower expanded in 1537. Peter Stuyvesant’s father Balthasar Stuyvesant was pastor of that (by then Dutch Reformed) church at the time of his son’s birth in 1611 or 1612. Peter Stuyvesant was probably baptised there, though this cannot be proved since the parish register is missing. In 1810 a fire gutted the building and it was rebuilt. It was dedicated to Saint Nicholas until the church was closed for worship in autumn 2001 and sold. The church came into the hands of Folkert Munsterman, who wanted to convert it into a restaurant. This did not happen, and the church was sold again in 2007. The dysfunctional Van der Molen organ from 1912 was removed and replaced in 2007 by the 1903 from the Reformed Church of Woldendorp. The current owner has had the church renamed Peter Stuyvesant Kirke. The building is available for different purposes. The village also has a Dutch Reformed chapel, and a Roman Catholic church was built in 1837.

A monument in the village honors Stuyvesant. It consists of a model of a sailing ship on top of a glacial erratic.[citation needed]

Media related to Peperga at Wikimedia Commons

Messe n° 5 de Schubert

La messe no 5 de Schubert, D.678 est une œuvre de musique sacrée composée par Franz Schubert entre novembre 1819 et septembre 1822. L’œuvre fut révisée en 1825 pour être présentée à la chapelle impériale.

Cette cinquième messe est une des plus lyriques que Schubert ait écrites, sans pour autant que le caractère religieux soit délaissé. Avec cette messe, il rompt avec l’écriture des quatre précédentes, écrites avec un style convenu.

L’effectif comprend des cordes, une flûte, deux hautbois, deux clarinettes, deux bassons, deux cors, deux trompettes, trois trombones, des timbales, quatre solistes (SATB) et un chœur mixte. Sa durée approximative d’exécution est de 50 min.

D’après Maurice Cauchie (novembre 1928) :

«  Cette messe est incontestablement la plus belle des six que nous a laissées le maître viennois. Schubert, ordinairement si primesautier, y travailla trois ans ; et il a retoucha encore peu de temps avec sa mort. Et quand on lit cette partition, dans laquelle sont accumulées tant de merveilles : modulations géniales, mélodies exquises, orchestration colorée, émotion intense, on déplore une fois de plus, la monotonie des programmes de nos sociétés parisiennes de concerts, qui jamais ne nous font entendre un pareil chef-d’œuvre.  »

D’après Thierry Morice (avril 1997) la version de Sir George Guest avec l’Academy de St Martin a fait référence jusque dans les années 1980. La version de Wolfgang Sawallisch, comme élément de l’enregistrement de l’intégral de l’œuvre sacrée de Schubert, est alors venue surpasser la version de Guest. Bien que cette dernière fut intense, la version de Nikolaus Harnoncourt s’est également imposée comme référence pour son aspect dramatique, sans jamais tomber dans le pathos, caractéristique de la version de Sawallisch. Harnoncourt tire ainsi profit de la qualité de son orchestre et de son chœur.

À l’époque de l’écriture de cette messe, Schubert n’a que 25 ans, mais déjà de nombreuses compositions à son actif et sa maîtrise de l’orchestration est évidente. En cette année 1822, il compose également sa Symphonie no 8 « Inachevée », deux Tantum ergo (en ut et en ), deux œuvres pour piano (une ouverture et une fantaisie) ainsi qu’une vingtaine de lieder.

Une fois écrite, Schubert a tenté en vain de faire exécuter la messe à la chapelle impériale : la partition est refusée par Joseph Leopold Eybler, maître de chapelle, qui estime que, bien que bonne, elle n’était pas dans le style qu’affectionne l’Empereur. Il est plus vraisemblable que le maître de chapelle la trouva trop difficile.

Schubert n’a pas dit pourquoi il écrivait cette messe. Ce qui semble sûr, c’est qu’elle ne répond pas à une commande.

Son écriture fut contemporaine de la Messe solennelle de Beethoven (1819 – 1822). La proximité géographique entre les deux compositeurs peut laisser supposer qu’ils étaient au courant de cette écriture simultanée. Il n’en demeure pas moins qu’en choisissant le ton de la bémol, rarement utilisé par Schubert, ce dernier adopte une des tonalités les plus éloignées de celle dans laquelle Beethoven écrit sa Solemnis (Ré). Cette tonalité est celle du premier mouvement (Kyrie) et des deux derniers (Benedictus et Agnus), ce qui permet d’affirmer la tonalité de l’œuvre, mais pas celle de la totalité de la messe (le Gloria commence en mi majeur, le Credo en ut majeur, le Sanctus en fa majeur).

C’est la seule œuvre que Schubert a abandonnée pendant de longues périodes et à laquelle il est toujours revenu. Pendant l’écriture de la messe, de nombreuses péripéties sont intervenues, comme l’écriture d’autres pièces majeures, ou son arrestation par la police en mars 1820.

Comme dans Lazarus, également d’inspiration religieuse, le regroupement des instruments est peu courant. Les bois, avec deux cors, sont souvent sollicités, les cordes n’étant utilisées que comme venues d’un autre monde. Les points communs entre Lazarus et le Kyrie ou le Gloria ne manquent pas. Une étude biographique montre que Schubert travaillait à la messe en novembre 1819, deux mois seulement avant d’entreprendre l’écriture de Lazarus.

Il ne reste pas d’indication de la date à laquelle Schubert a écrit le Credo et le Sanctus, mais l’Agnus a été écrit juste avant qu’il ne mette un point final à l’écriture complète de l’œuvre.

Les quatre premières messes reflètent l’engagement de Schubert avec les écritures conventionnelles des messes, bien qu’elles recèlent les éléments de sa maturité à venir. Par exemple la messe en Fa (D105) n’a pas grande originalité comme le révèle son écriture chorale de bout en bout à part la fugue de la fin du Gloria. La différence décisive, entre la 5e messe et les quatre premières, repose sur un défi : écrire une œuvre basée sur une interprétation musicale des mots. Schubert s’est parfois efforcé d’ajouter du sens au texte en appliquant à la fois les techniques d’écriture les plus avancées que sa maturité musicale lui permettait et l’expérience spécifique acquise dans la composition de ses précédentes messes en faisant intervenir la musique dramatique à la fois religieuse et séculaire.

À plusieurs reprises dans les messes de Schubert, les textes répétés ou supprimés lui permettent d’approfondir l’expression d’un aspect particulier du sens du texte. Jaskulsky a défendu l’idée que de nombreuses omissions, conflations et répétitions de textes dans toutes les messes servent à Schubert pour structurer les mouvements ou les sections selon son goût musical. Cette liberté a été largement discutée dans l’Et incarnatus est de la messe n°5 (voir ci-dessous).

La messe est découpée en six mouvements.

Andante con moto (155 mesures).

Ce Kyrie à 2 temps (C barré) est beaucoup plus long que ceux des quatre précédentes messes. Les solistes alternent avec le chœur. L’orchestration est légère, la flûte, les trompettes, les trombones et les timbales étant mis au repos. Après huit mesures d’introduction orchestrale, les sopranos et les altos entament le thème et les ténors et les basses répondent. Un contrepoint s’installe sur le texte « Kyrie eleison ». Les solistes entrent alors, soprano en tête, sur le « Christe eleison » avec un second thème. Le chœur revient avec le premier thème et le texte du Kyrie, suivant une structure identique à sa première intervention. C’est alors aux solistes de reprendre le second thème, toujours avec « Christe eleison », mais cette fois en commençant par l’alto. Cette alternance de textes et de thèmes se poursuit jusqu’à la fin du mouvement, toujours dans une grande douceur.

Sur le plan de l’orchestration, la réponse des cors et des trombones suggère fortement l’écriture de l’octet écrit quatre ans plus tard, un effet qui est repris aux clarinettes et aux bassons avant la réexposition de la mesure 68.

Allegro maestoso e vivace (531 mesures).

Dans la musique viennoise, le Gloria est souvent divisé en cinq sections. C’est le cas ici, les deux premières ayant une claire forme A-B-A, les deux suivantes sont plus courtes et la dernière est la longue fugue du Cum sancto.

Le contraste avec le Kyrie est saisissant, tant par la tonalité de mi majeur (enchaînée avec la bémol majeur) que par la puissance soudaine, quand le chœur entame avec l’orchestre un Gloria homophonique à 3/4. Les cordes jouent des arpèges ou des gammes, écriture propice à une nuance double forte soutenue. Les solistes font une apparition sur le texte « Adoramus te ».

Le A de la structure A-B-A de cette partie commence par les chœurs chantant Gloria in excelcis Deo sur le premier thème. Puis à la mesure 15, l’orchestre et le chœur a capella se succèdent avec le texte et in terra, pax hominibus bonae voluntatis. À la mesure 29, le second thème apparaît sur le texte “Laudamus te, benedicimus te, glorificamus te avec des départs décalés, passage qui se reproduit à la mesure 41.

La partie B commence par les solistes sur le texte “adoramus te sur 8 mesures qui sont répétées une fois. A la mesure 69, le chœur reprend le second thème qui se développe en une marche harmonique descendante jusqu’à une demi-cadence sur sol dièse. Quatre mesures d’orchestre préparent la réexposition.

Le retour à la partie A se déroule à l’identique jusqu’à la mesure 99. Un bref final répétant trois fois Gloria Deo termine cette sous partie.

À la mesure 113, l’andantino à 2/4 en la majeur introduit par l’orchestre seul, pianissimo, annonce une intervention des solistes sur le texte du « Gratias » où le chœur ne fait que deux brèves interventions

Colombia 2016 Home RODRIGUEZ 10 Jerseys

Colombia 2016 Home RODRIGUEZ 10 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Les solistes reviennent avec le « Gratias », à nouveau en la majeur pour conclure la première partie du Gloria.

Cette partie également structurée en A-B-A est à 2/4, ce qui n’est pas une mesure courante chez Schubert et qui se retrouve par exemple avec le Benedictus de sa messe en ut. Le thème très doux est entendu par l’orchestre puis par la soliste et développé par le quatuor de solistes.

Le chœur entre alors pour ponctuer avec des cadences les passages en solo avec le texte agimus tibi.

La partie B de ce gratias, à partir de la mesure 150, est sur le texte Domine Deus, Rex coelestis, gratias agimus. Deus Pater omnipotens. Mais cette fois, ce sont les solistes qui ponctuent par trois fois les phrases du chœur par une cadence gratias agimus.

Le retour de la partie A permet d’entendre à nouveau la magnifique phrase du gratias à nouveau à la soprano, mais cette fois avec deux contrepoints basse solo et tenor solo. Par deux fois, le chœur ponctue par deux agimus tibi.

L’enchaînement en la mineur, suivi de nombreuses modulations, avec le chœur sur « Domine Deus, Rex coelestis  » contraste par la nuance forte. Mesure 221, en ut dièse mineur, l’alto solo chante le « Domine Deus Agnus Dei » et le chœur répond « Miserere ». Cette structure se reproduit avec la basse solo, puis avec le ténor solo.

Après quelques mesures d’orchestre, le chœur entame le « Quoniam », mesure 287, l’intensité augmente jusqu’à ce que les sopranos atteignent les notes les plus aiguës de l’œuvre (si4) sur « Tu solus Dominus ». Cette partie se termine dans le grave, préparant ainsi un contraste pour la partie suivante.

Fait à peu près unique dans l’œuvre de Schubert, le chœur chante à l’unisson pendant huit mesures (mesure 304).

Mesure 333, les basses énoncent le sujet d’une fugue en mi majeur, sur le « Cum sancto », comme l’ont fait avant, de nombreux compositeurs, dont Mozart dans la grande Messe en ut mineur. La fugue est de facture classique, avec une strette à la mesure 477 et une pédale à la mesure 504, annonçant la fin de ce mouvement brillant et lumineux.

L’écriture de cette fugue fait partie de la révision que Schubert fit de sa messe en 1825. La version initiale était un peu plus courte, et surtout, inférieure en termes d’inventivité.

Allegro maestoso e vivace (433 mesures).

Après la fin brillante et complexe de la fugue du Gloria, le Credo contraste par son écriture d’une grande simplicité. Un premier accord des cuivres et un second des bois, suffisent à introduire le chœur homophonique a capella pour le premier verset de cette prière. Après ces deux mêmes accords d’orchestre, la structure se reproduit pour le second verset. Les femmes du chœur répondent ensuite aux hommes.

À la mesure 131, Et incarnatus est ex Maria virgine, le tempo passe au grave et la mesure à 3/2, rappelant la SainteTrinité. L’écriture passe à huit voix dans une atmosphère recueillie et contrastée dans les nuances.

Ce passage est l’un des plus discutés de toutes les messes de Schubert. Il a été remarqué pour son écriture archaïque à 8 voix. Le texte deux fois répété Et incarnatus est de spiritus sancto ex maria virgine et homo factus est, est accompagné de vents (bois et cuivre) riche en dissonances essentiellement provoquées par des retards harmoniques. C’est la répétition de la phrase qui permet, à la seconde fois, d’intensifier, par les registres et par l’harmonie, le caractère mystique du premier passage. Du point de vue de l’orchestration, le mystère de l’incarnation est souligné par le son des trombones. Les nuances marquées vont fréquemment du pianissimo au fortissimo en deux mesures renforçant par un relief sonore l’intensité installée par l’harmonie.

Puis par trois fois est répété le texte crucifixus etiam pro nobis (il a été crucifié pour nous), le mot crucifixus étant lui-même répété. Le « Crucifixus », à partir de la mesure 157 est énoncé avec 4 notes « en croix », comme Bach l’avait fait dans ses passions. Ce motif douloureux est entendu au ténor avec réponse aux sopranos deux mesures plus loin, puis aux altos mesure 165 et aux basses deux mesures plus loin également pendant que les violoncelles et contrebasses martèlent la suite d’un accompagnement commencé à l’unisson par les cordes.

La suite du texte, mesure 175, sub pontio pilato passus et sepultus est (sous ponce Pilate, a souffert et fut mis au tombeau) n’est qu’une descente progressive, sans mouvement mélodique, pianissimo sans dynamique, en harmonie riche en accords diminués, les cordes en contre-temps, jusqu’à une cadence en la bémol majeur.

Mesure 183, retour à la structure du début du Credo sur le « Et resurexit ». Ce schéma musical revient à la mesure 319 pour le « Confiteor », puis 335 pour « In remisionem ». Ce mouvement s’achève sur une jubilation intense avec un hymne majestueux sur « Et vitam venturi ».

Au moment du jugement des vivants et des morts, l’orchestre est réduit à un solo de cet instrument, obscurcissant la ligne de basse (mesures 230 – 248).

Le mot clé Credo n’apparaît qu’une fois dans la prière latine (la) alors que Schubert ne le répète pas moins de vingt fois dans ce mouvement, ce qui a été interprété comme une exhortation du compositeur à croire. Beethoven, dans sa solemnis, a répété le mot Credo au début du mouvement, mais il s’est contenté ensuite d’énumérer ce en quoi la religion demande de croire à la différence de Schubert qui répète Credo pour chaque item.

Fait notable, Schubert omet de mettre en musique quelques phrases de la prière du credo:

Andante (58 mesures).

Une étonnante introduction orchestrale de trois mesures à 12/8 en fa majeur prépare chaque « Sanctus » qui s’enchaîne en une suite de modulations savamment conduites éclairant le mouvement d’une lumière changeante. Le « Hosanna » passe à 6/8 avec un orchestre qui crée une atmosphère pastorale, qui n’est pas sans rappeler la Flûte enchantée.

Andante con moto (140 mesures).

Ce Benedictus permet de retrouver le calme perdu depuis plusieurs mouvements. Il est déclamé avec une alternance de solos et de tutti, avec un accompagnement souple et discret. Ce mouvement s’achève par un retour du « Hosanna ».

Presque toutes les phrases ont huit mesures, dans la tonalité principale de la bémol majeur, avec des passages en mi bémol majeur ou en ré bémol majeur.

Après l’exposition du thème aux bois, accompagnés aux violoncelles d’une longue ligne de croches en pizzicatos, les solistes soprano, mezzo et ténor reprennent le thème deux fois huit mesures de suite avant de le confier au chœur, à nouveau pour huit mesures, à chaque fois ponctuée par une cadence parfaite.

Les trois mêmes solistes développent alors le thème puis se mêlent le chœur (il y a alors sept voix) avant que celui-ci ne ponctue seul ce passage par une cadence parfaite en mi bémol majeur.

Un court passage d’orchestre remet en scène la ligne de croches en pizzicatos des violoncelles pour une ré-exposition du thème par les solistes, reprise et développée par une modulation en ré bémol majeur. Le chœur reprend de même le thème en la bémol majeur pour le finir également en ré bémol majeur.

Une nouvelle reprise du thème par les solistes se développe comme précédemment à sept voix, avec le chœur. Cet ensemble aboutit à une grande cadence plagale chantée par le chœur puis conclut par l’orchestre seul avec une demi-cadence sur un accord de do majeur. Cette tonalité permet de reprendre le Osanna du sanctus en fa majeur.

Adagio (159 mesures)

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

Ce mouvement est en deux parties. La première Adagio est structurée en trois sous-parties, chacune correspondant aux trois répétition de la phrase Agnus Dei qui tollis pecata mundi, miserere nobis prévues par la prière.

La phrase Dona nobis pacem fait alors l’objet de la seconde partie de ce mouvement. Au tempo Allegretto se succèdent d’un grand nombre de Dona nobis pacem alternant solistes et chœur.

Cette partie achève la messe pianissimo.

La messe n’a pas été éditée tout de suite après sa création, mais en 1875, bien après la mort du compositeur. Ce fut une des dernières partitions à avoir été éditée avant que l’éditeur Breitkopf & Härtel ne commence son travail d’édition complète. Ce fut également le cas d’autres œuvres majeures de Schubert comme l’Inachevée (1867), Lazarus (1865), le Quartettsatz D703 ou la sonate Arpeggione D821 (1871).

Tāmaki (New Zealand electorate)

Tāmaki is a parliamentary electorate, returning one Member of Parliament to the House of Representatives of New Zealand. The electorate is named after the Tamaki River that runs immediately east of the seat. The electorate is represented by Simon O’Connor, who became the National Party candidate after Allan Peachey withdrew from the 2011 election for health reasons; Peachey died before the election.

The 1941 census had been postponed due to World War II, so the 1946 electoral redistribution had to take ten years of population growth and movements into account. The North Island gained a further two electorates from the South Island due to faster population growth. The abolition of the country quota through the Electoral Amendment Act, 1945 reduced the number and increased the size of rural electorates. None of the existing electorates remained unchanged, 27 electorates were abolished, eight former electorates were re-established, and 19 electorates were created for the first time, including Tamaki.

Tāmaki is based around Auckland City’s wealthy eastern beaches, Mission Bay, Meadowbank, Saint Heliers, Kohimarama and Glendowie; it also contains the working-class suburb of Glen Innes on its southern fringe. Tāmaki is the home of a selection of New Zealand’s emblematic historical moments: Ngāti Whatua activism at Bastion Point (sparking a chain of events leading to the modern Treaty of Waitangi grievance settlement process) occurred inside the seat’s boundaries, a seat at the time represented by the contentious Robert Muldoon, the Prime Minister responsible for the Crown’s response to the occupation of Bastion Point

United States Away Jerseys

United States Away Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Among other Ngāti Whatua land taken through governmental application of public works legislation is Paratai Drive, once New Zealand’s most expensive street. The area around Mission Bay is also home to the Savage Memorial, a huge site dedicated to the memory of former Labour Michael Joseph Savage, architect of the welfare state in New Zealand.

The National Party has held Tāmaki in all its various incarnations since 1960, when future Prime Minister Rob Muldoon (later Sir Robert) began his parliamentary career by ousting long-time Labour stalwart Bob Tizard, and staying firmly in place until his self-selected departure from parliament at the end of 1991. In four elections (1972, 1975, 1978 and 1981) Bill Andersen of the Socialist Unity Party ran against him, receiving between 39 and 188 votes.

Muldoon’s departure caused a by-election in 1992, where candidate Clem Simich won despite fierce competition in an environment where both major parties were out of favour with the electorate. Simich gave up his seat ahead of the 2005 election to high school principal Allan Peachey. Simich was returned to parliament from his party’s list, having chosen to move from standing for one of his party’s safest seats to instead contest Māngere, easily Labour’s safest seat. Since 2005, Tāmaki was represented by Allan Peachey, who announced his retirement at the end of the parliamentary term in 2011 for health reasons. Simon O’Connor was chosen by the National Party to contest the electorate in the 2011 general election.

Unless otherwise stated, all MPs terms began and ended at general elections.

Key

 Labour    National    ACT  

1Rob Muldoon resigned effective December 1991
2Allan Peachey announced that, due to his ill-health he would retire at the 2011 election, but he died twenty days before election day

Members of Parliament elected from party lists in elections where that person also unsuccessfully contested the Tāmaki electorate. Unless otherwise stated, all MPs terms began and ended at general elections.

Notes: Green background denotes the winner of the electorate vote.
Pink background denotes a candidate elected from their party list.
Yellow background denotes an electorate win by a list member.
A Green tickY or Red XN denotes status of any incumbent, win or lose respectively.

Electorate (as at 26 November 2011): 49,080

Notes: Green background denotes the winner of the electorate vote.
Pink background denotes a candidate elected from their party list.
Yellow background denotes an electorate win by a list member

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.
A Green tickY or Red XN denotes status of any incumbent, win or lose respectively.

Notes: Green background denotes the winner of the electorate vote.
Pink background denotes a candidate elected from their party list.
Yellow background denotes an electorate win by a list member.
A Green tickY or Red X Seattle Sounders FC Second Away EVANS 3 Jerseys

Seattle Sounders FC Second Away EVANS 3 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.org/wikipedia/en/thumb/b/ba/Red_x.svg/20px-Red_x.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/b/ba/Red_x.svg/26px-Red_x.svg.png 2x” data-file-width=”600″ data-file-height=”600″>N denotes status of any incumbent, win or lose respectively.